Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE BLOG DE COLETTE DEFRAIN

EDUCATION- CULTURE ET REFLEXION

RÉFLEXION 104 - SCHIZOPHRÉNIE ET VIOLENCE (suite)

Enfin,  je peux vous proposer le texte plus lisible. Il m'a fallu travailler longtemps mais je suis pugnace :

REFLEXION 104 - SCHIZOPHRENIE ET VIOLENCE

 

Les maladies mentales sont taboues , elles font peur comme autrefois la peste ou le choléra. La Société associe celles-ci à la violence et elle veut s’en protéger. Elle les utilise même parfois pour se débarrasser des individus qui les dérangent.

Les médecins sont aussi complices parfois. Ils ne comprennent pas encore très bien l’origine de ces maladies et ne se rendent pas compte qu’ils font quelquefois plus de mal que de bien car les personnes qui souffrent , qui se sentent rejetées,  n’ont plus que la violence pour solution.

Notre société soi-disant évoluée et civilisée est incapable à combattre ce fléau. On déploie des centaines de gendarmes contre un seul individu qui les défie.

Qui est responsable et pourquoi ?

Les élus ne recherchent que le pouvoir et flattent les électeurs en promettent la sécurité de leur commune ou de leur région.

  • On installe des caméras de surveillance dans tous les carrefours,
  • On incarcère les sujets dans des prisons infâmes ou dans des hôpitaux sanctions,
  • On achète des armes pour se protéger,
  • On tue les femmes comme autrefois on les tuait sur des bûchers en les accusant de sorcellerie,

Les citoyens qui naissent libres et égaux, a-t-on écrit dans la Constitution française, bafouent allègrement ces principes et les utilisent même pour s’imposer.

C’est une hypocrisie que certaines personnes osent dénoncer encore.

Qui sont les vrais coupables ? Qui utilise des méthodes peu orthodoxes et déloyales pour se justifier ?

Quand une maison est fissurée, il ne sert à rien de vouloir la réparer. Il faut la détruire et la reconstruire. C’est ce que nous apprend l’histoire du Déluge et le chaos qui s’en suivit. Les Jeunes ne doivent pas recommencer les erreurs de leurs aîné (e) s qui leur ont transmis de bons enseignements mais ne les ont pas appliqués.

René Girard s’est interrogé sur le problème du bouc émissaire et a montré le rôle salvateur des évangiles. 

« Tôt ou tard, le ferment évangélique doit provoquer l’écroulement de la société où il pénètre » p 280 Le Bouc émissaire livre de poche.

Si la Bible commence par le meurtre d’Abel par Caïn, ce n’est pas par hasard.

Hérode fait tuer Jean Baptiste par l’intermédiaire de Salomé qui devient instigatrice, car il avait dénoncé son comportement vis-à-vis de la femme de son frère.

Les exemples cités par René Girard sont percutants. Il cite les démons de Gerasa que les habitants préfèrent voir s’introduire dans les porcs et perdre leurs bêtes plutôt que de voir détruire leur mode de vie auquel il s’était habitué.

Le loup Fenrir en Scandinavie est aussi révélateur et on comprend l’importance de la main droite qu’il a demandée pour gage.

Il est donc important, à mon avis, de faire connaître toutes ces histoires dès le plus jeune âge aux enfants, dans les écoles, pour leur faire comprendre les mécanismes de la pensée humaine. C’est ce qu’avait fait Bruno Bettelheim dans son livre « Psychanalyse des contes de fées ».

Dans son livre, le Dr Quentin Hyder  « Notre santé mentale » dit que :

L’égoïsme est à la racine de tout péché

« Et celui-ci peut entraîner des troubles de la personnalité, des problèmes d’adaptation, des états névrotiques, des désordres psychosomatiques ou des psychoses. »

« Et Jésus Christ par contre qui mourut sur la Croix et pour vous et pour mois, est la manifestation suprême du don de soi, l’exemple suprême de la santé mentale » p 7

« Le meurtre de d’Abel est la manifestation suprême de l’égoïsme, aboutissement de l’aliénation mentale. » 

Aimer,  c’est donner, c’est se donner complètement aux autres. Cela n’a rien à voir avec de la pornographie.

Oh, je sais bien que l’amour est dévalué, perverti et que les chrétiens sont considérés comme des faibles d’esprit et que ceux qui souffrent doivent absolument consulter les médecins qui les incarcéreront au nom de leur toute puissance. On parlera de bondieuserie et on ridiculisera. On se moquera des guérisons par les prières ou les décoctions.

Pourtant le premier médecin connu dit encore le Dr Quentin Hyder fut sans doute Imhotep.

« Plusieurs siècles après sa mort, les prêtres-médecins qui étudiaient la médecine dans les écoles des temples de Memphis et de Thèbes le divinisèrent et l’adorèrent.

Le papyrys de Smith, rédigé au XVIIe siècle avant JC, se réfère à des documents antérieurs. On le considère comme le plus antique traité de chirurgie existant. On y découvre la plus ancienne description anatomique du cerveau et cette observation très juste : « les troubles fonctionnels consécutifs à une lésion cérébrale dépendent du côté endommagé ».

Le papyrus Ebers, un peu plus récent, décrit 800 maladies différentes, parmi lesquelles « l’utérus mobile » (le mot « hystérie » vient du grec – hustéra- qui désigne la matrice).

« Les Egyptiens connaissaient le pouvoir de la suggestion : des prêtres-magiciens prononçaient des incantation religieuses au chevet des malades, pour leur redonner le calme et la confiance, et les aider ainsi à se rétablir physiquement et mentalement ». (p 13)

Le Dr Quentin Hyder rappelle que la démonologie s’installa dans l’Europe christianisée où l’Eglise n’exerça plus qu’une influence politique despotique et décadente. Elle encouragea la croyance en la sorcellerie, au point d’en faire une obsession générale.

« Le diable était représenté par des démons qui, s’introduisant dans les esprits, rendaient les gens fous. Les femmes âgées, célibataires et psychotiques étaient accusées d’avoir signé un pacte avec le diable ; par devoir chrétien, on devait donc les exterminer. En fin de compte, les sorcières furent mises au rang des hérétiques. La folie, disait-on, signifiait une infidélité à la vraie foi. Des milliers de femmes psychotiques périrent ainsi sur le bûcher. Leurs bourreaux croyaient accomplir un acte de miséricorde véritable, puisque le feu était censé purifier les âmes et leur donner accès au ciel. » (p20) 

L’eglise proposera alors des exorcismes pour faire sortir les démons.

Maimonide (1135-1204) fut l’un des plus grands médecins de son temps. Humaniste juif, il enseignait que la foi et la recherche scientifique n’étaient pas nécessairement incompatibles. Il écrivit un code d’éthique médicale qui reprenait le serment d’Hyppocrate, encore utilisé de nos jours.

CD 31.5.21

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article